Pakistan : nous sommes inquiets pour Taha Siddiqui

Publié le par SNJ FMM

Le SNJ exprime sa vive préoccupation pour la sécurité du correspondant anglophone de France 24.

Le journaliste pakistanais Taha Siddiqui est victime d’actes d’intimidations et de harcèlement de la part d’une agence dépendant du ministère de l’Intérieur.

Taha Siddiqui est le correspondant de plusieurs médias occidentaux (dont France24, le New York Times, Der Spiegel et Le Guardian). Il a reçu en 2014 le Prix Albert Londres pour un reportage réalisé avec Julien Fouchet et Sylvain Lepetit pour France2. Il est, à ce jour, le seul journaliste non-francophone à avoir reçu ce prix prestigieux.

Depuis le 18 mai dernier, Taha Siddiqui a reçu plusieurs appels téléphoniques pressants, puis menaçants, de la part de la FIA (Federal Investigation Agency), une agence dépendant du ministère de l’Intérieur, le convoquant, sans explications, pour un interrogatoire devant la section anti-terroriste. Des hommes en civil ont fait leur apparition dans les jours suivants devant son domicile.

Notre confrère a porté plainte devant la Haute cour d’Islamabad et celle-ci a ordonné le 23 mai à la FIA de cesser son harcèlement contre lui. Malgré tout, deux jours plus tard, des agents sont venus à son domicile avec une convocation formelle dans les locaux de la section anti-terroriste. Son avocat n’a pas pu obtenir de réponses sur ce qui était reproché à son client.

Une nouvelle audience de la Haute Cour a été reportée sine die.

Cette affaire intervient dans un contexte général de harcèlement contre les activistes et les blogueurs. La FIA a déjà procédé ces dernières semaines à plusieurs arrestations liées à des commentaires postés sur les réseaux sociaux. Elle a également interrogé plus de 40 personnes et saisi leurs ordinateurs et leurs téléphones portables.

Le Syndicat national des journalistes apporte son soutien à Taha Siddiqui et condamne les pressions et intimidations dont il est victime.
Le SNJ demande aux autorités pakistanaises d’assurer la sécurité de notre confrère et le libre exercice de son activité.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article